Tels Quels, vos derniers achats.

  • La contribution de Andreas Tönnesmann a été traduite de l'allemand par Claudia Schinkievicz

  • Dans les campagnes du Frioul, entre le XVIe et le XVIIe siècle, d'étranges récits attirent l'attention des autorités religieuses. Les membres d'une mystérieuse confrérie, nommés benandanti, racontent se battre à coups de branches de fenouil contre de méchants sorciers armés de tiges de sorgho. L' issue de ces combats, qui se déroulent en rêve, est déterminante pour les récoltes : selon que les uns ou les autres l'emportent, l'année qui vient sera prospère ou frappée par la famine.
    L'Église est prise de court face à ces phénomènes : elle ne comprend pas ces pratiques à demi païennes. Les inquisiteurs tentent de faire avouer aux benandanti que ces «batailles nocturnes» sont une réédition du classique sabbat...
    En examinant, à la lumière des archives de l'Inquisition, le décalage entre les propos des juges et ceux des accusés, Carlo Ginzburg ouvrait la voie à un renouveau de l'historiographie - à la fois par ses hypothèses inédites sur les origines de la sorcellerie et par son choix de faire entendre les voix, longtemps ignorées, des persécutés.

  • L'histoire de l'Irlande est celle d'une lutte permanente. Pour survivre, d'abord, au milieu d'une nature somptueuse mais chiche en ressources. Pour vivre en paix ensuite : dès le Ve siècle, on compte plusieurs royaumes en quête de terres à conquérir. S'y ajoute le flot presque incessant des invasions : les Gaëls aux IVe-Ve siècles, les Vikings au IXe, les Normands venus du pays de Galles au XIIe, et enfin les Anglais, présents depuis le XIVe.
    Pourtant, les fléaux de la division et de la guerre n'ont pas empêché l'éclosion d'une civilisation chrétienne qui, du VIe au VIIIe siècle, a éduqué l'Europe selon les enseignements de saint Colomban. La langue, les fêtes, les rituels et les mythes ont en permanence irrigué l'esprit et la vie quotidienne de ces Irlandais, fiers de ne compter que sur eux- mêmes (" Sinn Féin ") et en même temps ouverts sur le grand large.

    Ajouter au panier
    En stock
  • Dans cette nouvelle édition du Routard Irlande, vous trouverez une première partie en couleurs avec des cartes et des photos, pour découvrir plus facilement la région et repérer nos coups de c½ur ; des suggestions d'itinéraires et des informations pratiques pour organiser votre séjour ; des adresses souvent introuvables ailleurs ; des visites culturelles originales en dehors des sentiers battus ; des infos remises à jour chaque année et des cartes et plans détaillés.

    Merci à tous les Routards qui partagent nos convictions : Liberté et indépendance d'esprit ; découverte et partage ; sincérité, tolérance et respect des autres.

  • Héros, saints chrétiens, paysans, princesses, fées, vache blanche, porc noir, saumon de la Connaissance, trèfle, pomme de terre, citrouille d'Halloween, harpe vivante... font l'âme de l'Irlande, cette contrée des merveilles où les antagonismes sont faits pour s'entendre. Où l'Histoire et l'imaginaire, le temps des demi-dieux et celui des saints se juxtaposent. Où l'extraordinaire et le banal se lancent des piques. Où la poésie et le sarcasme se mélangent.
    La première partie offre des extraits des grands cycles mythologiques gaéliques, tels que le Lebor Gabala Erenn, qui relate les invasions mythiques successives de l'Irlande, remonte à l'époque médiévale et s'est transmis par voie orale jusqu'au VIIIe siècle, date à laquelle les clercs en ont couché les chroniques par écrit tout en le remaniant afin qu'elles soient en phase avec les préceptes de l'Église catholique. On y trouve des récits qui parlent de l'origine des personnages mythiques (« La Première Fois qu'on entendit parler du Leprechaun ») ou de sites : « La Fondation d'Emain Macha, l'ancienne capitale d'Ulster », « Qu'est-il arrivé au pont bâti entre l'Irlande et l'Ecosse ? »).
    La seconde partie est consacrée aux contes, récitations et témoignages qui, à partir du XIXe siècle, furent collectés auprès des paysans irlandais. Les contes d'origine chrétienne y sont fréquents. Y figurent également des légendes mettant en scène les saints majeurs : sainte Brigitte, à ne pas confondre avec la déesse Brigit, ou saint Patrick, bien que sa vie soit intimement liée à la période préchrétienne. Dans cette seconde partie, les contes des origines sont suivis d'autres contes, qui en reprennent les sujets. Par exemple, à ceux sur l'origine des fées succèdent contes et témoignages présentant leurs pouvoirs ou la façon de se protéger de leurs rosseries.
    D'autres thèmes chers aux coeurs irlandais n'ont pas droit à leur conte des origines. Ainsi, la pomme de terre, bien que la croyance veuille que les premières se soient échouées sur le littoral d'Erin après le naufrage de l'Invincible Armada dont les bateaux en transportaient à son bord, aura, à la place, droit à un poème en son honneur, lequel dit tout de l'enthousiasme qu'elle suscite.

  • La Guinness, les moutons, la musique, les traditions, la pluie et les grandes étendues vertes⦠L'Irlande nous apparaît souvent au travers de ces clichés. Et pourtant, ils sont vrais. L'Irlande est néanmoins une expérience ; c'est une nation débordante de convivialité et une façon de vivre qui transpire une humanité introuvable ailleurs. Cela vous paraît-il invraisemblable ? Ce dictionnaire vous fera plonger au coeur d'un pays à la palette d'émotions, de légendes et de paysages grandioses qui vous transporteront vers un monde où chaque muret de pierre et chaque porte ont une histoire à raconter.

  • UMA

    Laura Iapadre

    • Verone
    • 1 Avril 2021

    «?Il y a quelque chose de magique en Inde, une force naturelle imprenable qui ne s'explique pas. L'eau, la terre, l'air, les éléments se complètent et vous libèrent. L'Inde a cette puissance étonnante qui pousse à se décentrer pour finalement trouver un équilibre nouveau.?» .
    Alors qu'elle s'apprête à partir en Inde pour un poste de stagiaire au sein de l'Alliance française de Chennai, Léna, vingt-quatre ans, vit une rupture douloureuse et brutale. Bouleversée par ce pays qui l'étonne, l'émeut autant qu'il la porte, elle va progressivement donner un sens à son histoire auprès des Indiens qui l'accompagnent sur son chemin.

  • Parfois, quelqu'un change votre nom et vous devenez Mô-Namour.
    Parfois, ce même quelqu'un dit qu'il veut jouer et vivre avec vous, mais il ne fait que vous obliger à lui faire des gâteaux, vous prendre pour une balle, et vous envoyer partout à coups de coups. Parfois, quelqu'un d'autre, une étoile tombée de votre douleur, par exemple, vient vous dire la vérité : Hiltedi Kiltème Mézilteveu Dumal. Alors il faut partir, chercher ailleurs la paix. C'est ce qui est arrivé à Isée. Elle était devenue orpheline, elle était devenue une victime, mais ça ne pouvait pas durer.

  • L'avie d'Isée

    Claude Ponti

    Le fabuleux destin d'Isée - Isée dort tranquillement dans son lit. Un livre posé contre sa bibliothèque se met soudain à grandir tandis que l'air d'Ah, vous dirai-je maman en sort. Alors, Isée entre dans les pages comme on passe une porte et se retrouve au beau milieu d'une forêt-ville à parcourir. Au cours de son périple, un monstre la met au défi de se transformer en « la chose la plus puissante du monde». Sacré challenge ! Après réflexion et essais divers, Isée trouve une solution qui est à la fois une surprise, un clin d'oeil, un pied de nez et un point d'orgue...

  • Il y a une façon d'évoquer Jane Austen qui pourrait la faire passer pour ce qu'elle n'est pas : une donneuse de leçons. Fille d'un pasteur de province, elle se veut l'écrivain de la raison face aux débordements sentimentaux des auteurs de son temps (Samuel Richardson, Fanny Burney), et cherche à prémunir le lecteur contre les errements du coeur glissant sur la pente de l'égoïsme. À ses portraits tout en nuances, elle ne donne pas pour fond les paysages tourmentés des romans gothiques d'une Ann Radcliffe, mais ceux, apparemment plus paisibles, d'une campagne anglaise dont elle révèle l'arrière-scène : ce monde où les jeunes filles doivent apprendre à diriger leurs sentiments pour atteindre au bonheur rêvé.
    Pourtant, ses romans ne sont pas des contes de fées déguisés où l'héroïne finit par épouser le parfait gentleman. Les changements psychologiques subtils et progressifs vécus par les protagonistes contribuent sans doute au plaisir de la lecture, mais ils passent après la joie que procure l'ironie dont Austen fait preuve à l'égard de ses créatures. Douée d'un génie comique certain, celle «qui écrit en cachette derrière une porte grinçante» est, pour Virginia Woolf, l'«un des auteurs les plus constamment satiriques» de son époque. En prenant pour cibles les comportements égoïstes et les petites lâchetés de ses semblables, elle pointe ce que la nature humaine peut avoir de mesquin, de pathétique, de loufoque et d'affligeant.
    Les héroïnes elles-mêmes n'échappent pas aux critiques de leur créatrice. Fanny Price est timorée, Anne Elliot influençable, et Emma Woodhouse, qui n'est ni l'une ni l'autre, n'inspirerait pas la sympathie, si Jane Austen n'avait l'art de rendre attachants jusqu'aux défauts qu'elle moque. Ce tour de force, une sensibilité rare et l'audace discrète de son style sont les secrets de son extraordinaire popularité.

  • Dans le tome un de sa vie (Mô- Namour), Isée se laissait faire par des ventures qu'elle n'avait pas choisies, comme un accident de voiture. Elle a beaucoup appris, et maintenant, dans le tome deux de sa vie, Isée décide de partir vivre des ventures qu'elle décide elle-même. C'est mieux.La preuve : au lieu de subir, elle délivre. Au lieu de souffrir, elle guérit. Au lieu d'être seule, elle rencontre.
    Sa venture est variée. Une seule constante : Tadoramour, son doudou dodu, qui reste avec elle, à ses côtés, et ne la quitte pas, quoi qu'il arrive.

  • Les pieds-bleus

    Claude Ponti

    • Points
    • 20 Janvier 1998

    Hercule n'est nulle part en sécurité.
    Ni chez lui, ni à l'école. insultes, agressions sexuelles, humiliations, châtiments corporels, la violence perverse des adultes semble infinie. ce n'est rien, juste une enfance ordinaire, à la campagne, en france, au début des années soixante.
    Avec son meilleur ami, hercule invente une société secrète. ensemble, ils mènent une vie libre et sauvage, et ne se soumettent qu'en apparence à l'ordre établi.

    Mais une découverte va bouleverser leur existence et celle des habitants du village.
    Réveillant des passions qu'on croyait mortes, les pieds-bleus mettent le feu aux poudres et provoquent un feu d'artifice.

  • Exposition de reptiles vivants Nouv.

    Tout animal a un monde et voici donc celui de Guillaume Marie. Exposition de reptiles vivants est un livre de parade amoureuse, c'est une queue de paon déployée, un brame un peu obstiné, un rite obscur de chasse dans lequel on ne sait plus qui est la proie. C'est un livre de désir autant qu'une exploration du devenir-animal.
    Pour le composer, Guillaume Marie s'est appuyé sur la force presque chamanique des noms de bêtes : coq, veau, pic, geai, pie. autant de monosyllabes qui ont influencé la musique particulière et le rythme du livre.
    Mais Guillaume Marie, dont c'est ici le premier recueil en solitaire, a aussi rassemblé des textes plus longs, qui ressortent d'une prose métaphorique infusée par l'expérience de la nature comme par ses lectures.
    C'est enfin un livre d'une drôlerie constante, d'un poète qui s'amuse de son double besoin perpétuel de délimiter son territoire et de se laisser déborder.

  • Moi, Napoléon Nouv.

    Moi Napoléon est le premier roman graphique consacré à l'empereur des Français. Exilé à Sainte-Hélène, Napoléon revient sur les grands épisodes de sa vie, au fil d'un vibrant monologue intérieur : de sa naissance à Ajaccio à sa chute à Waterloo, en passant par son sacre et ses grandes batailles.

    Cette confession fictive, appuyée par une solide documentation historique, est mise en scène par des illustrations qui revisitent l'iconographie impériale à travers l'univers sombre des comics américains.

  • Depuis la création de Conan le Barbare par Robert E. Howard en 1932, ce personnage mythique a rencontré tous les succès possibles, tout en renouvelant le genre de la fantasy. Commenté par les plus grands spécialistes de Howard, ce livre retrace chacune de ses plus fameuses apparitions et rend hommage à ce personnage exceptionnel illustré par Frank Frazetta, Roy Thomas, John Buscema et incarné à l'écran par Arnold Schwarzenegger. Un livre indispensable pour tous les fans de fantasy.

  • Deux ans et sept mois qu'Ophélie se morfond sur son arche d'Anima. Aujourd'hui il lui faut agir, exploiter ce qu'elle a appris à la lecture du Livre de Farouk et les bribes d'informations divulguées par Dieu. Sous une fausse identité, Ophélie rejoint Babel, arche cosmopolite et joyau de modernité. Ses talents de liseuse suffiront-ils à déjouer les pièges d'adversaires toujours plus redoutables ? A-t-elle la moindre chance de retrouver la trace de Thorn ?

    Dans un troisième livre vibrant, Christelle Dabos explore la merveilleuse cité de Babel. En son coeur, un secret insaisissable, qui est à la fois la clef du passé et celle d'un futur incertain.

  • Les effondrements se multiplient, de plus en plus impressionnants : Babel, le Pôle, Anima... aucune arche n'est épargnée. Pour éviter l'anéantissement total, il faut trouver le responsable. Trouver l'Autre. Mais comment faire sans même savoir à quoi il ressemble ? Plus unis que jamais, Ophélie et Thorn s'engagent sur des chemins inconnus où les échos du passé et du présent les mèneront vers la clef de toutes les énigmes.

    Au sommet de son art, Christelle Dabos signe le final éblouissant d'une saga devenue un phénomène et une référence de la littérature fantastique.

    "L'intelligence psychologique, la finesse du trait, l'humour discret du regard : c'est tout le charme de ces épais volumes." Télérama

  • Alicia : prima ballerina assoluta Nouv.

    Dans les rues de La Havane, entre 1959 et 2011, les vies se croisent et se recroisent. Aujourd'hui celle d'Amanda, jeune ballerine en devenir. Hier, celle de Manuela, mère célibataire, qui n'aura fait qu'effleurer son rêve de danseuse classique et enfin celle d'Alicia Alonso, dont on suit l'ascension vers la gloire jusqu'à devenir prima ballerina assoluta au parcours exceptionnel. Dans un Cuba où règnent la débrouille et l'entraide, tout autant que la dénonciation et le marché noir, l'histoire de la démocratisation de la danse classique rime singulièrement avec l'avènement du régime révolutionnaire.
    Pour Amanda, la compétition est rude pour être parmi les meilleures tandis que pour Alicia, les choix ne sont plus seulement artistiques mais politiques, lorsqu'on voudra faire d'elle un instrument de l' idéologie castriste.

  • Amal, une jeune Américaine d'origine égyptienne, vient de sortir d'un an de prison. Elle a été inculpée pour appartenance à une organisation étrangère visant à déstabiliser le régime, une ONG en l'occurrence. Durant une fête célébrant sa sortie de prison, elle rencontre Omar, un chauffeur de taxi. Ils passent la soirée et la nuit ensemble. Quarante-huit heures séparent Amal de son retour aux États-Unis et c'est durant ce laps de temps que se déroule le roman. Amal et Omar feront l'amour, souvent, se raconteront et raconteront l'Égypte d'une jeunesse contemporaine depuis 2011 jusqu'à aujourd'hui, pleine d'espoirs mais souvent désenchantée.
    À l'instar des Mille et Une Nuits, Ezzedine Fishere nous propose des récits enchâssés avec pour cadre l'histoire d'Amal et Omar. S'inspirant de faits réels, le roman n'est pas seulement bien documenté, il est empreint d'un humour noir et d'une autodérision ravageurs.

  • Amal, une jeune Américaine d'origine égyptienne, vient de sortir d'un an de prison. Elle a été inculpée pour appartenance à une organisation étrangère visant à déstabiliser le régime, une ONG en l'occurrence. Durant une fête célébrant sa sortie de prison, elle rencontre Omar, un chauffeur de taxi. Ils passent la soirée et la nuit ensemble. Quarante-huit heures séparent Amal de son retour aux États-Unis et c'est durant ce laps de temps que se déroule le roman. Amal et Omar feront l'amour, souvent, se raconteront et raconteront l'Égypte d'une jeunesse contemporaine depuis 2011 jusqu'à aujourd'hui, pleine d'espoirs mais souvent désenchantée.
    À l'instar des Mille et Une Nuits, Ezzedine Fishere nous propose des récits enchâssés avec pour cadre l'histoire d'Amal et Omar. S'inspirant de faits réels, le roman n'est pas seulement bien documenté, il est empreint d'un humour noir et d'une autodérision ravageurs.

  • Mettez au point sur une planète qui tourne dans l'espace...
    Mettez au point sur un petit pays de l'hémisphère Nord : la Grande-Bretagne.
    Plus près, plus près... et, en bordure de Londres, à l'ouest, vous apercevez un comté, le Buckinghamshire, avec ses villages et ses petites routes de campagne sinueuses.
    Et si vous pouviez remonter le temps jusqu'au milieu des années soixante, vous verriez peutêtre un jeune gars à moto sur une de ces petites routes, calepin et stylo dans sa poche de veste.
    C'est moi. Jeune journaliste pour la Buck Free Press, envoyé couvrir des événements locaux.
    Avec de la chance, je me rends à une fête de village, par exemple - vous voyez de quoi je parle : des risque-tout qui se fourrent des fouines dans le pantalon, des pêcheurs de grenouilles dans un seau, parfois un fromage qui dévale trop vite une colline...
    C'était très amusant à l'époque. Et c'est durant cette période que je me suis initié tout seul à l'écriture en lisant autant de livres de la bibliothèque que je pouvais en rapporter chez moi. Je me suis donc mis à écrire des histoires à moi - des histoires pour la jeunesse que publiait le journal chaque semaine.
    Les nouvelles du présent recueil en sont une sélection. S'y côtoient des dragons et des mages, des conseillers municipaux et des maires, une tortue aventureuse et un monstre dans un lac, ainsi qu'un tas de chapeaux pointus et une poignée de sortilèges magiques (dont quelques-uns atteignent le but qui leur est assigné). Certaines de ces nouvelles de mes débuts ont même donné naissance à mon premier roman, Le Peuple du Tapis.
    Alors tournez la page et lisez les histoires que j'ai écrites, pour la plupart telles qu'elles ont été primitivement publiées, même si l'adulte que je suis aujourd'hui a bricolé, mais à peine, quelques menus détails : une précision par-ci, un raccourci par-là, une petite note de bas de page nécessaire ailleurs, parce que le gamin que j'étais ne connaissait pas toutes les ficelles de l'homme mûr.
    Mais le jeune naïf à moto et le présent adulte barbu à chapeau noir sont le même auteur, dont le seul désir était d'écrire pour des lecteurs assez âgés pour comprendre.
    Et pour imaginer...

  • Avant d'arriver sur nos écrans, une série est le fruit d'un long chemin de création collective. Née d'une idée souvent personnelle, elle s'épanouit dans l'esprit de ses créateurs, se nourrit de leurs accords et désaccords, franchit nombre d'étapes et d'obstacles, jusqu'à sa conclusion. Dans ce livre rare, Pierre Langlais relate chaque épisode de la vie des séries, de la première étincelle à la diffusion de l'ultime saison, à travers le regard et les témoignages de leurs auteurs. Des confidences intimes et des secrets de fabrication qui nous éclairent sur leur inspiration, leurs recherches, leur plaisir d'écrire, leur routine, leurs joies et déceptions. En un mot, sur tout ce qu'elles et ils affrontent durant le processus de création. Un récit vivant et riche d'enseignements, pour tous les passionnés de séries et celles et ceux qui les imaginent.
    Avec la participation de : Michaela Coel (I May Destroy You), Bryan Elsley (Skins), Tom Fontana (Oz), Fabrice Gobert (Les Revenants), Fanny Herrero (Dix pour cent), Anne Landois (Engrenages), Ray McKinnon (Rectify), Adam Price (Borgen), Frédéric Rosset (Irresponsable), Shawn Ryan (The Shield), David Simon (Treme), Sally Wainwright (Happy Valley), David Elkaïm, Vincent Poymiro, Rodolphe Tissot et Bruno Nahon (Ainsi soient-ils).

  • Au matin du 24 août 1665, dans le Paris du début du règne de Louis XIV, le lieutenant criminel Tardieu, un des premiers magistrats de la capitale, et sa femme sont assassinés dans leur hôtel de la Cité par deux jeunes à la dérive qui ont vainement essayé de leur extorquer un peu d'argent. L'argent, les époux Tardieu n'en manquent pourtant pas... Riches à millions (en francs-or), ils vivent comme des gueux, avares à rendre jaloux Harpagon en personne. De quoi tenter le diable dans une ville où la violence et l'insécurité sévissent en permanence. Pas de police organisée - elle le sera quelques mois plus tard -, une justice dont la rigueur ne parvient pas à masquer l'impuissance, l'argent-roi pour les uns, la misère noire pour les autres, il n'en fallait pas plus pour ajouter une page particulièrement spectaculaire à l'histoire criminelle du XVIIe siècle.

    Des documents d'archives, Ariette Lebigre a fait surgir tout le Paris de l'époque. Centré sur la Cité et le Palais de justice, il déborde de vie et de saleté, danse à la fête et applaudit aux exécutions capitales, craint Dieu et adore l'argent. Un Paris haut en couleur et tout en contrastes, qu'Ariette Lebigre nous convie à revisiter en alliant l'érudition au talent.

    Ariette Lebigre est docteur en droit, licenciée ès lettres et agrégée des Facultés de droit. Professeur aux universités de Paris-XI et de Clermont-Ferrand-I, elle s'est spécialisée dans l'histoire du droit pénal et des institutions judiciaires du XVIe au XVIIIe siècle. Elle a notamment publié un Manuel d'Histoire du Droit pénal en collaboration avec André Laingui, Les Grands Jours d'Auvergne, désordres et répression au XVIIe siècle, La Révolution des Curés, La Princesse Palatine, La Justice du Roi et L'Affaire des Poisons.

empty