Livraphone

  • Le testament français

    Andreï Makine

    Ce roman a l'originalité de nous offrir de la France une vision mythique et lointaine, à travers les nombreux récits que Charlotte Lemonnier, « égarée dans l'immensité neigeuse de la Russie », raconte à son petit-fils et confident.

  • Véra est l'un de ces êtres que Dostoïevski appelait 'héros de l'extrême frontière'. Engagés à corps perdu dans leur quête spirituelle ou amoureuse, ils se débattent à la limite de la folie mais aussi de la vérité souveraine. Celle, charnelle et cosmique, qui exprime le dense mystère de leur vie, si humble d'apparence. La folie de Véra est d'attendre l'homme qu'elle aime, de refuser l'oubli, d'arracher à la solitude les âmes abandonnées par ceux qui préfèrent oublier. Mais surtout de garder l'espérance. Malgré tout. De la rencontre avec cette héroïne de 'l'extrême frontière', nous sortirons transfigurés, illuminés par l'intensité de son amour, de sa foi.

  • «C'est alors que, d'une voix presque éteinte, en acceptant l'échec et ne demandant plus rien, je parlai de Jacques Dorme. Je réussis à dire sa vie en quelques phrases brèves, nues. Je me trouvais dans un état d'abattement tel que j'entendais à peine ce que je disais. Et c'est dans cet état seulement que je fus capable d'exprimer toute la douloureuse vérité de cette vie. Un aviateur venu d'un pays lointain rencontre une femme du même pays que le sien et, pendant très peu de jours, dans une ville dont il ne restera bientôt que des ruines, ils s'aiment ; puis il part au bout de la terre pour conduire les avions destinés au front, et meurt, en s'écrasant sur un versant de glace, sous le ciel blême du cercle polaire. Je l'avais dit autrement. Non pas mieux, mais plus brièvement encore, plus près de l'essence de leur amour.» Intense épopée humaine, profonde quête des origines personnelles, La terre et le ciel de Jacques Dorme évoque le destin des hommes qui avaient "une certaine idée de la France". L'univers poétique de ce roman fait revivre les grands thèmes du Testament français (Prix Goncourt 1995) et du Requiem pour l'Est et parachève ainsi la trilogie franco-russe d'Andreï Makine.

empty