Langue française

  • Avant de perdre la mémoire à la suite d'un accident, l'écrivain Paul Fauster travaillait sur la biographie de l'une des figures poétiques les plus mystérieuses du XXe siècle : Endsen, disparu à Prague dans les années cinquante sans laisser de trace. Résolu à dénouer les fils qui lient son propre passé à celui du poète, Fauster découvre peu à peu l'étrange complot qui, de Prague à Berlin, de Petrograd à Moscou en passant par Budapest, a failli lui coûter la vie.
    Dans ce roman vertigineux où l'enquête littéraire se mêle à la grande Histoire, Pierre Cendors entraîne le lecteur dans un étonnant labyrinthe où chaque indice mène à une nouvelle énigme, jusqu'au coup de théâtre final.

  • Le délit

    Jacques Sternberg

    « Pourquoi moi ? Question encore plus insoluble que toutes les autres. J'étais seul dans cet immeuble et même dans le quartier. Quant aux autres. La mort seule, ce qu'il y avait de plus plausible. Une mort inédite et sans cadavres ni ossements. Décrétée par l'impensable en plein accord avec le silence. La mort ? Mais la question revenait inchangée : pourquoi pas moi ? » Fasciné par l'argent, seul repère demeuré intact, un homme confronté à la crise de son identité est amené à subir un châtiment digne d'une tragédie grecque. Robinson égaré dans un univers d'objets, unique survivant d'une ville-cimetière, il contemple, stupéfait, l'étendue d'un désastre et fait l'inventaire d'un monde mort.

  • Il est immense, Joseph. Un vrai colosse d'ébène, mais un colosse aux pieds d'argile, né sous une mauvaise étoile sur ce bout de terre de Martinique. Toutes les nuits, il se réveille en hurlant, hanté par une phrase qui l'obsède mais qu'il ne comprend pas. Esclave de sa mémoire, il l'est aussi de son ignorance puisqu'il est analphabète, et il subit les caprices de sa famille en vertu d'un contrat moral qui l'asservit. Mais un jour, sous le soleil éclatant qui baigne l'océan, son destin va changer : Joseph apprendra à lire, à aimer et à retrouver sa dignité.

    Un texte vif et lumineux sur les chemins qui mènent à la liberté et sur les combats qu'il faut livrer pour se tenir debout.

  • Découvrez Les empêchements, le livre de Isabelle Flaten. Un homme auréolé de gloire mais qui se sent minuscule. Des enfants rêveurs qui s'étonnent des silences d'adultes perdus dans un monde flou. Des hommes vieillis qui ne se résignent pas à être sans âge, des femmes dont la disgrâce démultiplie les extases. Des corps qui s'entremêlent pour tenter d'abolir les fracas du temps. Dans ces nouvelles au trait vif, aussi sensuel et cru qu'un tableau d'Egon Schiele, Isabelle Flaten saisit la fulgurance des désirs et la brûlure des non-dits pour réenchanter un quotidien fait de blessures et de petits renoncements qui, soudain, redevient flamboyant

  • Un monde où l'on est surveillé par son ombre, des voyages organisés pour visiter des bureaux... Votre journée vous déplaît ? Demandez à l'Office de Récupération des Journées Défectueuses d'en vivre une autre...

  • L'imposture

    Gallet/Flaten

    Qui n'a jamais fantasmé sur l'inconnu(e) du train ?
    Lorsqu'elle découvre la carte de visite qu'il a abandonnée en quittant le compartiment, le prétexte est tout trouvé pour entrer en contact avec lui. Leur correspondance ne tarde pas à s'enflammer. Mais quelles manoeuvres cyniques se cachent derrière ces échanges apparemment désinhibés ?
    Sous l'élégance revendiquée : la férocité. Derrière les clichés vaniteux de séducteurs esseulés : la tristesse et les ravages du temps.
    En dressant le portrait de deux êtres engoncés dans leur conformisme, Anne Gallet et Isabelle Flaten tiennent la chronique d'une parade nuptiale pathologique.

    Une fable cruelle sur l'irruption de la dépendance passionnelle, la généalogie d'une obsession.

  • Le ruban

    Marie-Agnès Michel

    Misanthrope, agoraphobe, spasmophile et paranoïaque, Wanda décide un jour de faire peau neuve et de renouer avec la vie en société. Mais comment guérir lorsqu'en plus d'une phobie sociale carabinée, on pâtit d'un caractère excessivement moqueur ? Comment se réconcilier avec le genre humain, ainsi qu'avec soi-même, quand on est plus virulente que Calamity Jane et plus névrosée que Woody Allen ? Marie-Agnès Michel tire à boulets rouges sur les réunions confessions des altruistes anonymes pour le plus grand bonheur des atrabilaires patentés, des phobiques invétérés, des esprits tordus, malveillants et irréductiblement critiques. Une satire mordante des thérapies de groupe, des ambiances de kermesse et des remises de médaille. Le Ruban est, après L'Allégresse des rats, le deuxième roman de Marie-Agnès Michel publié à La dernière goutte.

  • L'homme de trop

    Thierry Aué

    Les textes courts de Thierry Aué des comètes, pour certains, des histoires baroques, étonnantes de rythme, d humour et de folie douce, pour d autres dynamitent l esprit de sérieux qui fige les hommes dans des rôles et les emmure vivants. L auteur cisèle des fragments de destin, projette des individus laconiques dans le grand bazar du monde, la fugacité du temps, la cruauté de la vie, les vertiges de la lucidité. Art du trompe-l il, chausse-trappes, jeux de fausses pistes se déploient dans ces contes ambigus qui contiennent un poison mais aussi son remède. L ombre de Richard Brautigan et de William Eggleston plane sur cette prose qui fabule avec élégance et qui nous fait redécouvrir un quotidien gracieusement chimérique.

  • Petit rouage d'une mécanique depuis bien longtemps grippée, exécuteur des basses oeuvres d'une société déshumanisée qui l'a chargé de la débarrasser de ses vieux, Clovis sillonne la ville en compagnie d'un collègue de travail amateur de petites combines, son seul ami, et rejoint chaque soir la femme qu'il a peut-être un jour aimée.
    Mais dans ce dédale de rues déchiquetées où pataugent les miséreux et où les riches s'enivrent de musique d'ascenseur, il suffit d'un rien pour que vacillent les derniers repères de Clovis.

    Une vision grinçante d'un monde en déréliction, qui nous plonge, non sans humour, dans les arcanes d'un univers clos et étouffant, en quête d'une étincelle d'humanité.

  • Que fait cet iguane perché sur le fauteuil ? Est-ce vraiment une bonne idée que d'emmener un enfant survolté se promener au zoo ? Que peuvent bien observer tous ces gens attroupés devant sa maison ? Où diable mènent ces escaliers qui semblent sans fin ? Mais bon sang, pourquoi n'y a-t-il plus que sept pommes alors qu'elle en avait acheté huit ? Et qu'est devenue Alice ? Tour à tour déroutants, burlesques et inquiétants, les textes de Thierry Aué révèlent de manière troublante l'étrange poésie du quotidien. Ses personnages, sensibles et attachants, font entendre la petite musique de sentiments souvent tus, presque inaperçus, et pourtant si vifs, si puissants.

empty