• " La Chienne a adopté les Ancsa au printemps 1948 ", c'est ainsi que commence le roman. Les Ancsa, un couple d'âge mûr, vivent dans la banlieue de Budapest, alors que la Hongrie est en ruine et commence seulement à se relever du cauchemar de la Seconde Guerre mondiale. Le gouvernement communiste promet de mettre de l'ordre dans le pays. M. Ancsa, qui est ingénieur, est aussi enthousiaste d'aller travailler pour construire le futur que d'oublier le passé. La seule chose à laquelle il peut encore consacrer du temps, c'est une petite chienne, qui attend sa première portée. Mais Niki sait beaucoup de choses, et ce déjà bien avant qu'elle fasse partie de la maison des Ancsa. Quand le nouveau travail de M. Ancsa les a contraints à prendre un appartement en ville, ils l'ont gardé avec eux. Puis, lors d'une répression politique, M. Ancsa disparaît sans laisser de trace. Pendant cinq ans, il ne réapparaît pas ; cinq ans d'absence, de silence, de peur et de lutte ; cinq ans durant lesquels Mme Ancsa n'a que Niki et Niki n'a que Mme Ancsa.
    L'histoire de Niki, une chienne ordinaire, et des Ancsa, un couple non moins ordinaire, est une parabole extraordinairement émouvante, sans toutefois donner dans la sensiblerie, sur l'attention, la gentillesse et la résistance de l'amour. À l'instar de Des Souris et des hommes, Niki est un chef-d'oeuvre de la mise en évidence de l'inhumanité de l'homme envers l'homme. Avec une naïveté astucieuse, Déry retransmet (ou imagine), avec le plus grand sérieux, toutes les secousses de l'âme de Niki. Il met, en quelque sorte, le réalisme psychologique du roman contemporain à la disposition d'un fox-terrier.

  • Tibor Déry, portraitiste subtil, ausculte la part de renoncement qui marque les destinées singulières de femmes, d'hommes, jeunes, vieux, amoureux ou mourants, ayant été à la croisée des chemins. Avec une pudeur infinie, il suggère ces âmes malmenées par l'oppression politique, ces coeurs aigris par la solitude, ces corps meurtris par la faim. La douleur et la frustration sont le prix à payer pour vivre selon ses principes, mais si la misère et la dictature tourmentent les corps, à l'heure du bilan, la lâcheté et l'opportunisme coûtent plus cher encore. La tendresse et la lucidité de Tibor Déry confèrent à cette vivisection de l'âme une portée universelle et touchent chacun de ceux qui désirent savoir ce que choisir veut dire.
    />

empty