Presses de la cité

  • Les plus belles histoires d'amour ne meurent jamais.
    Les plus belles histoires d'amour ne meurent jamais.
    Elles continuent de vivre dans nos souvenirs et les coïncidences cruelles que notre esprit invente.
    Mais quand, pour Nathy, ces coïncidences deviennent trop nombreuses, doit-elle croire qu'il n'y a pas de hasard, seulement des rendez-vous ?
    Qui s'évertue à lui faire revivre cette parenthèse passionnelle qui a failli balayer sa vie ?
    Quand passé et présent se répètent au point de défier toute explication rationnelle, Nathy doit-elle admettre qu'on peut remonter le temps ?
    En quatre escales, Montréal, San Diego, Barcelone et Jakarta, dans un jeu de miroirs entre 1999 et 2019, J'ai dû rêver trop fort déploie une partition virtuose, mêlant passion et suspense, au plus près des coeurs qui battent trop fort.

  • « Quand la vie joue les prolongations, il faut bien s´autoriser quelques caprices. » Allan KarlssonAlors que tous dans la maison de retraite s´apprêtent à célébrer dignement son centième anniversaire, Allan Karlsson, qui déteste ce genre de pince-fesses, décide de fuguer. Chaussé de ses plus belles charentaises, il saute par la fenêtre de sa chambre et prend ses jambes à son cou. Débutent alors une improbable cavale à travers la Suède et un voyage décoiffant au coeur de l´histoire du XXe siècle. Car méfiez-vous des apparences ! Derrière ce frêle vieillard en pantoufles se cache un artificier de génie qui a eu la bonne idée de naître au début d´un siècle sanguinaire. Grâce à son talent pour les explosifs, et avec quelques coups de pouce du destin, Allan Karlsson, individu lambda, apolitique et inculte, s´est ainsi retrouvé mêlé à presque cent ans d´événements majeurs aux côtés des grands de ce monde, de Franco à Staline en passant par Truman et Mao...

    « Un chef-d´oeuvre dans l´art du mensonge. J´oserai même prétendre que le souffle d´Arto Paasilinna traverse les pages de ce livre. »Smålandsposten

  • Mensonges ou secrets ? Manipulation ou vérité ?Sang famille Dans la veine des meilleurs suspenses de Michel Bussi." Tel un soleil brutal, la lumière du phare des Enchaînés inonde la pièce. Une seconde à peine. Puis l'obscurité reprend le dessus, simplement percée du halo des lampes torches.
    Je vais mourir ici.
    C'est une certitude.
    Une seule question me hante, la dernière : jusqu'où sont-ils prêts à aller pour me faire avouer ? A fouiller ma mémoire, comme s'ils pouvaient en arracher les souvenirs qu'ils convoitent ?
    Tout est allé si vite, à peine quatre jours. Je n'étais alors qu'un adolescent parmi d'autres. Un orphelin. C'est du moins ce qu'on avait toujours voulu me faire croire... "

  • Après avoir séduit 1,3 million de lecteurs en France, le Vieux ne sucre toujours pas les fraises !
    Tout commence au large de Bali, avec une montgolfière et quatre bouteilles de champagne. Aux côtés de Julius, son partenaire dans le crime, Allan Karlsson s'apprête à fêter son cent unième anniversaire quand... patatras ! Le ballon s'échoue en pleine mer. Voici nos deux naufragés recueillis à bord d'un vraquier nord-coréen. Et comme un bonheur n'arrive jamais seul, il se trouve que l'embarcation, dépêchée par Kim Jong-un, transporte clandestinement de l'uranium enrichi. Ni une ni deux, Allan se fait passer pour un spécialiste de la recherche atomique, parvient à leurrer le dictateur et s'enfuit avec une mallette au contenu explosif... un néonazi suédois à ses trousses. De Manhattan à un campement kenyan en passant par la savane de Tanzanie et l'aéroport de Copenhague, Allan et son comparse se retrouvent au coeur d'une crise diplomatique complexe, croisant sur leur route Angela Merkel, Donald Trump ou la ministre suédoise des Affaires étrangères, se liant d'amitié avec un escroc indien au nom imprononçable, un guerrier massaï, une entrepreneuse médium engagée sur le marché du cercueil personnalisé et une espionne passionnée par la culture de l'asperge.
    Après avoir revisité dans
    Le Vieux qui ne voulait pas fêter son anniversaire les dramatiques événements du xxe siècle, le vieil artificier polyglotte a décidé de reprendre du service pour une petite mission : sauver le monde ! Une leçon de géopolitique échevelée, instruite et hilarante.

  • Les disparus de la Purple Line Nouv.

    " En Inde, 180 enfants enfants disparaissent tous les jours. J'ai écrit ce roman pour faire mentir l'idée selon laquelle ils sont réductibles à des statistiques. Je l'ai écrit pour nous rappeler que derrière les chiffres, il y a des visages. " Deepa AnapparaÀ 9 ans, Jai regarde un peu trop de séries policières et se croit beaucoup plus futé que ses amis Pari et Faiz. Tous les trois vivent avec leurs familles dans une mégalopole indienne noyée dans le smog, entre la décharge et les allées grouillantes du Bhoot Bazar.
    Quand un de leurs camarades de classe manque à l'appel et que les autorités ferment les yeux, Jai décide d'employer ses talents de détective, acquis au fil des épisodes de
    Police Patrol, pour mener l'enquête. Le trio s'aventure ainsi sur la Purple Line, la ligne de métro locale, et dans les coins les plus dangereux de la ville. Mais ce qui n'était au début qu'un jeu tourne vite au drame lorsque les disparitions s'enchaînent, jusqu'à toucher Jai en plein coeur.
    Pour découvrir la vérité, les enquêteurs en herbe devront affronter des parents impuissants et dévastés, des forces de l'ordre corrompues et les djinns qui hantent les rues sombres en quête d'âmes à voler...
    " En exprimant des réalités sociales et politiques complexes par la voix de Jai, Deepa Anappara crée le parfait narrateur pour nous guider dans le ventre sombre de l'Inde moderne. "
    The Guardian

  • L'un des premiers romans de Richard Price, à l'humour ravageur, sur le passage à l'âge adulte et ses désillusions.
    Diplôme de lettres en poche, promotion 1971, Peter Keller apprend qu'il n'est pas admis à la fac de droit de Columbia. Issu d'une famille modeste de Yonkers, petite ville de l'État de New-York, le jeune homme, jusque-là la fierté de son père, pensait à tort que la vie allait lui dérouler le tapis rouge.
    Sur liste d'attente, le voilà contraint d'enchaîner les petits boulots - préposé au tri à la poste de Grand Central, démarcheur téléphonique... Autant d'épisodes qu'il envisage avec autodérision, jusqu'à se lancer dans une série de canulars téléphoniques qui lui vaudront d'avoir affaire à la police. Et ni son nouveau poste d'assistant à l'université, ni sa relation avec l'épouse instable d'un ancien professeur ne l'aideront à y voir plus clair. Peter est-il bien sûr de vouloir devenir avocat, ou ne devrait-il pas plutôt tenter sa chance à New York dans le stand-up ?
    Entre petites lâchetés, tendresse maladroite et besoin de reconnaissance, Richard Price met en scène un anti-héros qui cherche sa place en ce monde. Un texte caustique et drôle, servi par des dialogues qui font mouche, de l'un des portraitistes les plus percutants de l'Amérique urbaine.
    " Richard Price est à la littérature ce que Martin Scorsese est au cinéma... "
    The Washington Post

  • La liberté est une chose précieuse
    Londres, 1850. L'Exposition universelle va bientôt ouvrir ses portes dans le tout nouveau Crystal Palace, et les badauds se pressent pour venir admirer cette merveille. Parmi eux, Iris, modeste employée dans un magasin de poupées, à la beauté mâtinée de difformité, qui rêve de devenir artiste peintre. Et puis il y a Silas, taxidermiste amateur de macabre et de curiosités, désireux d'y exposer ses créatures. Ces deux-là se croisent, et leurs destins en seront à jamais bouleversés. Iris accepte bientôt de poser pour Louis Frost, un jeune peintre préraphaélite. Avec lui, le champ des possibles s'élargit, et le modèle, avide de liberté, découvre peu à peu l'art et l'amour. Mais c'est compter sans Silas, qui rôde non loin de là, tapi dans l'ombre, et n'a qu'une idée : faire sienne celle qui occupe toutes ses pensées, jusqu'à l'obsession...
    Campée dans un Londres à la Dickens,
    La Fabrique de poupées met en scène la détermination d'une femme à s'affranchir de sa condition. C'est aussi un conte cruel, raffiné et résolument moderne, au suspense maîtrisé, qui explore avec une précision chirurgicale les frontières entre l'amour, le désir et la possession.

  • Quelque part sur l'île de Terre-Neuve, une fascinante histoire de survie entre enfer et paradis.Evered et Ada sont encore des enfants quand leurs parents sont emportés par la maladie, les laissant seuls dans l'anse isolée où la famille a toujours vécu. Livrés aux caprices d'une nature tour à tour généreuse et hostile, le frère et la soeur, qui ignorent tout du monde, vont tenter de survivre, suspendus à la venue de
    L'Espérance qui rythme leur existence autant que les saisons. Au fil des années qui les voient traverser le pire, ils restent unis par l'inébranlable loyauté qui les attache l'un à l'autre. Mais avec l'âge s'épanouit le mystère de leur propre nature, qui pourrait bien avoir raison de leur indéfectible lien...
    Un roman initiatique sublime et féroce, dont les héros sont déchirants d'humanité.
    FINALISTE DU GILLER PRIZE ET DU PRIX DU GOUVERNEUR GÉNÉRAL

  • " Mon vrai nom, personne ne s'en souvient. La vérité à propos de cet été-là, personne ne la connaît "
    À l'été 1862, un groupe de jeunes peintres proches des Préraphaélites, menés par le talentueux Edward Radcliffe, s'installe au Birchwood Manor, sur les rives de la Tamise. Là, inspiré par sa muse, la sulfureuse Lily avec qui il vit une passion ravageuse, Edward peint des toiles qui marqueront l'histoire de l'art. Mais à la fin de sa retraite, une femme a été tuée, une autre a disparu, un inestimable diamant a été dérobé, et la vie d'Edward Radcliffe est brisée.
    Plus d'un siècle plus tard, Elodie Winslow, jeune archiviste à Londres fiancée à un golden-boy qui l'ennuie, découvre dans une vieille sacoche deux objets sans lien apparent : le portrait sépia d'une femme à la beauté saisissante en tenue victorienne, et un cahier de croquis contenant le dessin d'une demeure au bord de l'eau. Pourquoi le Birchwood Manor semble-t-il si familier à Elodie ? L'inconnue de la photo pourra-t-elle enfin livrer tous ses secrets ? Et si, en l'entraînant sur les traces d'une passion d'un autre siècle, son enquête l'aidait à percer le mystère de ses propres origines et à enfin mener la vie qu'elle désire ?

  • Une enquête du commissaire Dupin dans la forêt de Brocéliande, haut lieu du fantastique breton et des légendes arthuriennes. Le commissaire Dupin et son équipe s'apprêtent à se détendre en forêt de Brocéliande, la plus grande de Bretagne. C'est le " dernier royaume des fées ", l'épicentre breton du fantastique. Auparavant, Dupin doit interroger pour le compte d'un collègue parisien le directeur du Centre de l'Imaginaire arthurien. Quand il se présente, il découvre un cadavre. Premier meurtre d'une série...
    La victime appartenait à un groupe de scientifiques, fine fleur de la recherche arthurienne, au sein duquel règnent inimitiés, rivalités, jalousies. L'un d'eux serait-il l'assassin ? Et pour quelle raison ? La querelle autour du projet contesté de parc d'attractions sur les sites mythiques ? Une découverte exceptionnelle dont l'un ou l'autre voudrait s'octroyer la paternité ?
    Le commissaire Dupin louvoie entre les légendes et la réalité pour résoudre une énigme digne d'Agatha Christie.

  • La plus grande de toutes les aventures ? L'amour !
    Cicatrice, une petite chienne sauvage qui vit dans une décharge non loin de Naples, fait face au quotidien aux brimades de sa fratrie. Devenue borgne, elle pense ne jamais connaître l'amour. C'est compter sans Max, le chien de compagnie, qui, égaré et maltraité, débarque un jour sur son territoire et lui fait entrevoir autre chose. Ensemble, ils se lancent dans une formidable odyssée, pavée d'obstacles et de dangers, en quête d'une vie meilleure, et doivent aussi affronter les terribles cauchemars qui viennent hanter leurs nuits. D'ailleurs, s'agit-il vraiment de cauchemars ou plutôt de souvenirs ?
    Après
    Maudit Karma, David Safier revient à un de ses thèmes de prédilection, la réincarnation, dans cette fable mi-philosophique mi-fantastique, qui épingle nos contemporains dans leur rapport aux animaux. Un récit tour à tour émouvant, incisif ou drôle, où il est question de courage et de volonté, mais aussi de vaincre sa peur d'aimer.

  • " Mon seul héritage, aime répéter Sarah, c'est mon nom. Je ferai donc tout pour qu'il ne se perde pas dans l'oubli. " Ainsi, Sarah Goldberg part sur les traces de sa mère Ana, qui, fuyant les rafles, fut recueillie, enfant, dans un village cévenol. Rapidement Sarah comprend que certains survivants de l'époque connaissent la vérité sur Ana. Mais quelle vérité ?Il a suffi d'une lettre pour que la vie de Sarah Goldberg bascule. La voici héritière d'une maison dans les Cévennes, où pourtant elle n'a aucune attache. Serait-ce une erreur ? Il y a tant d'ombres dans la vie de Sarah... Sa mère, Ana, morte trop tôt, ne s'est guère confiée sur son passé. Quittant ses missions diplomatiques, Lausanne et son compagnon, Sarah découvre la maison, prête à la revendre au plus tôt. Mais rapidement les lieux livrent leurs secrets : une inscription, " Ne cherchez pas à savoir " ; une trappe donnant accès à une cache. Et, derrière une pierre descellée, un cahier d'écolier : le journal d'Ana.
    Défilent alors sous les yeux de Sarah les souffrances et les espoirs de la vie d'errance de sa mère et des siens, depuis la fin des années 1920 jusqu'aux rafles de 1943...

  • " Statistiquement, la probabilité qu'une analphabète née dans les années 1960 à Soweto grandisse et se retrouve un jour enfermée dans un camion de pommes de terre en compagnie du roi de Suède et de son Premier ministre est d'une sur quarante-cinq milliards six cent soixante-six millions deux cent douze mille huit cent dix.
    Selon les calculs de ladite analphabète. " Tout semblait vouer Nombeko Mayeki, petite fille noire née dans le plus grand ghetto d'Afrique du Sud, à mener une existence de dur labeur et à mourir jeune dans l'indifférence générale. Tout sauf le destin. Et sa prodigieuse faculté à manier les nombres. Ainsi, Nombeko, l'analphabète qui sait compter, se retrouve propulsée loin de son pays et de la misère, dans les hautes sphères de la politique internationale. Lors de son incroyable périple à travers le monde, notre héroïne rencontre des personnages hauts en couleur, parmi lesquels deux frères physiquement identiques et pourtant très différents, une jeune fille en colère et un potier paranoïaque. Elle se met à dos les services secrets les plus redoutés au monde et se retrouve enfermée dans un camion de pommes de terre. A ce moment-là, l'humanité entière est menacée de destruction.
    Après le succès mondial du Vieux qui ne voulait pas fêter son anniversaire, Jonas Jonasson nous livre une comédie tout aussi explosive que la première. Il s'y attaque, avec l'humour déjanté qu'on lui connaît, aux préjugés, et démolit pour de bon le mythe selon lequel les rois ne tordent pas le cou aux poules.

  • - 64%

    De 1875 aux années 1920, de Tourrettes-sur-Loup, sur les hauteurs de Nice, à Paris, quatre générations de femmes volontaires et indépendantes vont se succéder pour que vivent leurs passions. De Rosine, la courtisane, à Béatrice, " nez ", c'est la culture de la violette, fleur à parfum par excellence, qui scellera leurs destins.Rosine, fille de modestes paysans, quitte son pays de la violette pour cacher sa grossesse. A Paris, elle devient courtisane. Son ascension est rapide, d'autant que vers 1880 apparaît cette nouvelle forme d'amour vénal, hors des traditionnelles maisons closes.
    Sa fille Eloïse, née dans la rue, sera placée en nourrice et vivra de la couture à Lyon.
    Emma, fille d'Eloïse, passionnée de couture, de création, travaillera pour Paul Poiret. Ses chapeaux, souvent ornés d'un bouquet de violettes, rencontrent un grand succès. De sa passion avec un aristocrate tué sur le front en 1916 naîtra Béatrice. Années folles - sur fond de jazz et de surréalisme - qu'Emma vit intensément, en femme libre, au bras d'un journaliste américain ami d'Hemingway ; elle fréquente Jean Cocteau, Paul Iribe...
    Béatrice, elle, est fascinée par le monde du parfum qu'elle découvre dans l'entourage de Coco Chanel. A la faveur d'un séjour à Grasse, elle retrouve la trace de ses ancêtres sur le domaine de la Fontaine aux Violettes, dont on se transmet le nom dans la famille depuis 1875. Elle devient " nez " à Grasse et s'éprend d'un réalisateur de cinéma aux Studios de la Victorine, à Nice. Béatrice finit par racheter la Fontaine aux Violettes, là où tout a commencé ; elle y développe la culture des fleurs à parfum. Elle sera la première femme de sa famille à connaître le bonheur...

  • " Ceux qui se rendront à Katmandou ne reconnaîtront pas ce qui est écrit dans ce livre. [...] Ce livre ne cherche pas à donner une idée de la réalité, mais à s'approcher de la vérité. Celle de Jane, et celle d'Olivier, dont il raconte l'histoire. " René Barjavel Olivier, étudiant en mai 1968, a décidé de fuir la capitale, ses rêves et ses utopies pour conquérir pouvoir et fortune dans le sillage de son père, un homme d'affaires qui organise des voyages pour milliardaires à Katmandou, au Népal. En chemin, il rencontre la jolie Jane, hippie britannique un peu paumée, à la recherche, comme tant d'autres, d'un idéal de vie communautaire dans la ville sacrée. Ils tombent amoureux l'un de l'autre...
    Amours, drogues, illusions perdues. Il est des chemins pour se perdre ou pour se retrouver : les chemins de Katmandou.
    Un grand classique de Barjavel.

  • L'Évangile selon Dédé Après trente ans de prison, Johan Andersson, alias Dédé le Meurtrier, est enfin libre. Mais ses vieux démons le rattrapent vite : il s'associe à Per Persson, réceptionniste sans le sou, et à Johanna Kjellander, pasteur défroqué, pour monter une agence de châtiments corporels. Des criminels ont besoin d'un homme de main ? Dédé accourt ! Per et Johanna, eux, amassent les billets. Alors, le jour où Dédé découvre la Bible et renonce à la violence, ses deux acolytes décident de prendre les choses en main et de le détourner du droit chemin... Après son vieux qui ne voulait pas fêter son anniversaire, son analphabète qui savait compter, c'est à un malfrat repenti que Jonas Jonasson donne une seconde chance. Déjanté !

  • La nuit de l'amandier Nouv.

    Au coeur des champs d'amandiers, ces arbres millénaires, Françoise Bourdon signe une ode éternelle à la Provence à travers une fière héroïne. Haute-Provence, 1890. Anna, jeune amandière, se croyait promise à Martin, héritier d'un riche producteur aptésien de fruits confits. Or, sans explication, celui-ci épouse une fille de notables.
    Seule sa passion pour les amandiers donne désormais un sens à la vie de la jeune femme. Lorsqu'elle rencontre Armand, pâtissier amoureux des traditions provençales, elle réalise un vieux rêve et fabrique le meilleur des nougats.
    Tous deux se battent pour développer leur confiserie, installée à Rouvion, un village du plateau de Sault.
    Elle croit avoir retrouvé le bonheur auprès de sa petite fille aussi. Mais la guerre de 1914, les révélations de Martin, les actes de résistance au pied du mont Ventoux vont mettre à l'épreuve la courageuse Anna.

  • AVA 22 ans, mal dans sa peau, récemment installée à Hong Kong. Enseigne la grammaire anglaise à de riches écoliers pour un salaire de misère, a un fort accent irlandais et déteste ses colocataires.
    JULIAN Banquier. Anglais. Cynique. Aime
    plutôt bien Ava, la couvre de cadeaux et lui propose très vite de s'installer dans la chambre d'amis de son luxueux appartement de fonction.
    EDITH Ambitieuse et brillante. Avocate. Rencontre Ava alors que Julian est à l'étranger. Et c'est là que tout devient plus excitant...
    D'une plume aussi alerte que sincère, Naoise Dolan, en véritable témoin de son temps, nous parle de conscience de classe, de pouvoir, du rapport à l'argent et de la difficulté d'aimer à une époque où l'on s'expose pour mieux se cacher. Un premier roman décapant, qui explore avec brio et humour les lois complexes de l'attraction chez la génération Y.
    Une comédie hilarante, mordante, féministe, marxiste et vraiment méchante. -; Zadie Smith
    J'ai littéralement dévoré Rien de sérieux, une histoire d'amour contemporaine pleine d'esprit. -; David Nicholls
    Amusant, malin et audacieux - un combo gagnant. -; Hilary Mantel

  • « En dépit de sa violence, de son langage cru et de son réalisme brutal,Frères de sangest un roman d'une remarquable subtilité, qui brosse un tableau sans concession du passage à l'âge adulte. »The Washington Post0500 0300Le Bronx, dans les années 1970. A bientôt dix-huit ans, il est temps pour Stony de Coco de faire son entrée dans le monde des adultes. Issu d´une famille d´origine italienne plutôt modeste, tout le pousse à suivre les pas de son père et à travailler dans le bâtiment ? une perspective qui ne l´enchante guère.Malheureusement, le climat familial tendu ne laisse que trop peu d´espace à l´épanouissement personnel, et Stony passe le plus clair de son temps à essayer de protéger son petit frère Albert de sa mère, une femme névrosée et violente. Pourtant, lorsqu´il trouve un emploi dans un hôpital, Stony se prend à rêver d´un autre avenir. Mais pourra-t-il échapper à ses origines ?

  • Le temps de l'enfance Nouv.

    En dix souvenirs, Antoine, l'alter ego de Yves Viollier, nous tend ce miroir qui renvoie à des histoires qui sont autant de diamants de la mémoire. Ce ton si juste du romancier, c'est autant celui du poète que celui du mémorialiste des vies ordinaires, celles qu'ont vécu nos aïeux. Par l'auteur de C'était ma petite soeur.
    Antoine ne veut rien perdre du temps de l'enfance et des chemins creux de Château- Fromage. C'est son socle. Tout part de là. Sa mémé Lise le prenait par la main et lui ouvrait les yeux au monde. Il pédalait sur son vélo et éprouvait ses premiers émois auprès de Cocotte, la garde-barrière. Son horizon tutoyait l'infini.
    Et les voix, les gestes, les bonheurs et les souffrances de ceux qui l'ont aidé à grandir sont autant de diamants de la mémoire. Olympe qui aimait les hommes, Irma qu'on a mal aimée, Marcellin que l'amour a fui, Henri qui est allé le chercher de l'autre côté de la terre.
    C'est le regard du mémorialiste des vies ordinaires qu'Yves Viollier pose avec douceur sur ses personnages.

  • Un road-trip cocasse et romantique. Ludivine, qui accomplit pour d'autres, trop pressés ou empêchés, des pèlerinages, et qui dort à la belle étoile, voire force pour une nuit la porte d'une maison, entraîne avec elle un trompettiste lassé de tout, qui pour la suivre fera comme s'il allait à Compostelle.
    A la suite d'un burn-out qui l'empêche de jouer, Baptiste, musicien de jazz d'un certain renom, se lance dans le pèlerinage de Saint-Jacques-de-Compostelle. Sur l'insistance de ses filles, il a accepté de se prêter à ce qu'elles espèrent être une thérapie efficace. Au tout début de son voyage, il rencontre à Sainte-Anne-d'Auray Ludivine Kirchner, une fille plutôt étrange, bohème, fantasque, touchante, qui exerce un métier étonnant.
    S'ensuit un road trip cocasse, déroutant - et romantique - qui va les mener d'un sanctuaire à l'autre, sur des chemins volontairement de traverse où l'on dort à la belle étoile, voire où l'on force pour une nuit la porte d'une maison ou la cabine d'un bateau.
    Une histoire belle, drôle, et tragique.

  • - 67%

    Une famille exceptionnelle, et un long chemin vers le bonheur.
    Heather est aussi globe-trotteuse que Brian, écrivain new-yorkais, est casanier, mais leur histoire d'amour ressemble à un conte de fées. Jusqu'au jour où Heather tombe enceinte... Si Brian est sûr de son amour pour Heather, il est également convaincu qu'il ne veut pas d'enfants. De retour dans sa Californie natale, Heather accouche donc seule. Seulement, quelques heures après la naissance de Gracie, le couperet tombe : le bébé est gravement malade. Alors qu'empire la condition de la petite - seule une greffe de moelle osseuse compatible pourrait la sauver -, Brian décide de revenir aux côtés d'Heather. Et c'est ensemble qu'ils vont réfléchir à ce qu'ils sont prêts à faire pour garantir l'avenir de leur petite fille...

  • Le patio bleu

    Denis Tillinac

    Mémorialiste, l'auteur a fait, dans cet ultime roman, le portrait nostalgique et lucide d'une génération fatiguée que la province rassure, parcourant un demi-siècle d'une belle amitié entre un homme et une femme. Un groupe d'amis, bourgeois d'âge mûr, a l'habitude de se réunir dans le patio bleu autour de la figure charismatique de Marie-Anne. A l'instar du narrateur, énarque qui a mené une carrière de diplomate sans ambition ni conviction, ils sont fatigués de leur vie parisienne, du nouveau monde qui s'impose et dont ils se sentent exclus, et croient trouver à Condom, petite ville du Gers, le havre rassurant où se poser avant le spectre de l'Ehpad.
    Une longue amitié lie Marie-Anne et le narrateur, une amitié totale, dans laquelle l'amour n'est jamais loin, dont ce roman est la chronique. Passé plus ou moins lointain et présent s'entremêlent dans le récit intimiste et mélancolique d'un personnage qui promène un regard aussi lucide que désenchanté sur les choses et les gens, sur les craquements d'une société illustrés par le mouvement des Gilets jaunes.
    On retrouve dans
    Le Patio bleu les thèmes chers à Denis Tillinac, l'amitié fidèle, le poids du passé et des souvenirs, l'opposition entre Paris, eldorado factice, et la province assoupie et en déshérence, la méfiance envers les manifestations de l'air du temps et les excès de l'époque, les aspirations de jeunesse confrontées à une vie faite qui s'avance vers la vieillesse.

  • Des cendres sur nos coeurs Nouv.

    La destinée romanesque d'un jeune catholique flamand prêt à tout pour sauver les siens au coeur d'une magnifique fresque historique au XVIe siècle et sur fond de guerre de religions.Par l'auteur des Silences du maître drapier.Flandres, Pays-Bas espagnols, 1563.
    Comme il a belle allure, Loup Daredeville, sur son cheval ! Il ignore encore les bouleversements
    qui l'attendent. Le brillant étudiant de l'école latine d'Armentières est un coeur pur, proche
    des humbles. Il entre dans l'intimité des grands d'Espagne, en secourant l'épouse du comte
    d'Egmont, gouverneur de Flandre et d'Artois. Dans les campagnes, les prêches calvinistes
    séduisent, loin des messes en latin et des indulgences. La foi catholique de Loup est ébranlée par le courage de ceux qui défient l'Inquisition, telles sa soeur ou Ysabel, filleule d'un célèbre imprimeur anversois. Et en ces jours de plus en plus tourmentés, Loup a une promesse à accomplir : réunir les siens qu'un secret a divisés depuis trop d'années...
    Une magnifique fresque historique, avec, en lumière, la liberté qui souffla sur ces terres du
    Nord au xvie siècle.

empty